Référencement naturel : la méthodologie de sélection des mots-clés

 

C’est la première étape de la stratégie de contenu, celle-ci est décisive. Les mots clés structurent la stratégie SEO. Cette démarche est à faire à la construction du site, mais également avant chaque publication d’une nouvelle page ou d’un nouvel article, les termes peuvent également être amenés à évoluer.

 

1ère étape : faire un listing exhaustif des mots-clés

La première étape est de définir une liste de termes, toute idée intéressante est à noter. Spontanément, beaucoup de termes vont d’abord ressortir, pour s’inspirer par la suite il existe différentes techniques:

  • S’inspirer des sites concurrents et/ou du même secteur d’activité et regarder dans leurs balises clés (meta title, h1)
  • Suivre les requêtes ayant abouti à une visite sur votre site (ou mots clés référents) sur la Google Search Console ou votre compte Google Ads
  • Les outils de suggestion : l’outil accessible depuis Google Ads qui s’appelle Keyword Planner est un outil complet et gratuit servant aux annonceurs d’Adwords, mais pouvant aussi servir en référencement naturel.
  • Google Suggest est une autre solution envisageable : lorsque que vous tapez un terme de recherche dans Google (exemple : livre blanc) Google va proposer les requêtes les plus tapées par les utilisateurs commençant par ce même terme.
  • Des outils spécialisés comme Ahrefs (payant) et Ubbersuggest (gratuit) vous feront gagner du temps dans votre recherche de mots clés similaires.

 

2nde étape : faire un tri selon les indicateurs clés

L’étape suivante est de trier l’ensemble de ces mots clés générés, afin d’identifier les plus intéressants selon la loi de l’offre et de la demande.

  • Pour ce faire, d’un côté nous allons d’un côté retenir les mots clés les plus recherchés et avec les plus gros volumes de trafic (utiliser keyword planner, Ubbersuggest ou Ahrefs).
  • De l’autre, nous allons chercher à connaître l’intensité de la concurrence sur ces mêmes termes, c’est également très simple, il suffit de noter le nombre de résultats que Google trouve pour la requête concernée (certains outils révèlent directement un indice de concurrence des mots clés, c’est le cas de Ahrefs ou Ubbersuggest).

Grâce à ces deux indicateurs, nous allons maintenant être en mesure de calculer l’indice suivant : le KEI (Keyword Efficiency Index). Cet indicateur va permettre d’avoir une lecture sur le ratio volume de recherche / concurrence de chaque mot-clé. Pour cela il s’agit de créer un tableur avec ces différentes valeurs ainsi que notre KEI qui va être calculé avec la formule suivante :

KEI = (Nb recherches mensuelles)²/(Nb résultats)

Sachant qu’une page doit se concentrer réellement sur un seul mot-clé (la requête principale), il s’agit de retenir ici seulement un terme par page. Pour effectuer un premier tri, nous allons utiliser la méthode du scoring. Pour cela nous allons trier les résultats par ordre décroissant. Cependant il est irréaliste de se positionner sur un mot clé avec un KEI trop important pour le lancement d’un site ou si le site en question ne possède par une forte autorité. La bonne stratégie est donc de choisir un terme moins concurrentiel et sur lequel il est possible de se positionner à court terme (avec un KEI plus faible donc) tandis que l’autre terme plus intéressant sera gardé sous le coude pour le futur, quand le site sera plus puissant.

3ème étape : analyse de la SERP et de ses opportunités réelles

3ème étape, déceler la concurrence « réelle » entre les termes retenus. En effet le nombre de résultats dans Google donne un ordre d’idée de cette concurrence, mais n’est pas totalement représentatif de celle-ci.

Pour la calculer réellement il va falloir se faire une idée en analysant la page de SERP. En regardant le top 10 (première page de résultats) on va pouvoir tout de suite voir les acteurs présents et voir si ceux-ci sont des mastodontes (type Amazon, Cdiscount etc.) que l’on ne pourra jamais dépasser ou alors au contraire si la page révèle des opportunités (pages non réellement positionnées sur le mot clé, contenus de mauvaise qualité, sites à faible autorité, etc.).

Concernant l’analyse de la puissance des domaines (par la puissance de leurs backlinks), l’extension de navigateur gratuite Mozbar permet de faire cela très simplement directement sur la page de résultat.

4ème et dernière étape : pertinence métier et réponse au besoin

Le denier tri à opérer est évidemment la pertinence métier, il s’agit ici d’être le plus pertinent possible choisissant le mot-clé le plus adapté par rapport au contenu de la page et aux intentions des visiteurs. Bien faire cette étape, c’est maximiser ses chances de ranker et son taux de conversion par la suite.

Bonus : le choix des longues traînes

Les longues traînes représentent l’ensemble des expressions saisies peu de fois pas les internautes, car plus spécifiques, elles représentent indépendamment peu de trafic. Cependant, mises bout à bout, ces longues traînes représentent environ 80% du trafic sur internet et c’est pourquoi il est nécessaire de se positionner sur celles-ci. Comme celles-ci sont saisies moins souvent il est plus facile de se positionner dessus, mais en les additionnant au sein d’une même page on peut rapidement attirer un trafic conséquent. Celui-ci sera par ailleurs davantage qualifié, car la requête sera parfaitement adaptée à la landing page.

Le choix des longues traînes va découler de l’étape précédente et du choix de mot clé de la page. Le but est d’enrichir le champ lexical de la page avec des mots plus spécifiques. Il faut utiliser le langage le plus varié possible, avec notamment beaucoup de synonymes.

  • Les mots de la tête de longue traîne seront des termes génériques, souvent demandés, courts (pas plus de 2 mots) et proches du mot clé principal de la page.
  • Les mots de milieu de longue traîne seront eux semi-génériques, moyennement concurrentiels.
  • Les mots de la queue de longue traîne seront eux très spécifiques, se positionneront sur les requêtes longues de 3 à 5 mots et très peu recherchées indépendamment les uns des autres.

Afin d’identifier ces requêtes plus longues susceptibles d’être recherchées, il existe plusieurs méthodes :

  • Google Suggest : comme pour identifier les mots clés il suffit de taper le début d’une requête
  • Consulter ses mots clés référents (Google Search Console)
  • Consulter les termes de recherche sur Google Ads (si campagne tourne en parallèle)
  • Faire appel à sa connaissance métier et à son bon sens
  • Utiliser des outils spécialisés mais payants comme Ahrefs ou Longtail Pro

 

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi vous faire accompagner par un professionnel dans votre stratégie SEO, pour cela n’hésitez pas à me contacter.

Auteur : Léo Marchal

 » Webmarketer orienté SEO, j’accompagne les entreprises dans leurs stratégies de communication digitale et mets en place les outils nécessaires à leur succès. Passionné par le digital, ce blog est pour moi l’occasion de partager avec vous.  »

https://www.linkedin.com/in/leomarchal/

Partager: Facebook, Twitter, Google Plus

Laisser un commentaire:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.